10 raisons de courir en novembre

Les jours raccourcissent, il fait plus frais, il pleut/vente/neige (cocher ce qui convient), il fait nuit, je suis fatiguée, les repas de fin d'année s'enchaînent... Et pourtant: voici dix raisons de courir en novembre.

1. Novembre, c'est la saison des corridas, ces courses en ville, à la tombée de la nuit, dans une ambiance du tonnerre. Quel que soit votre chrono, vous êtes une championne ovationnée par la foule en liesse!

2. Il a neigé en montagne: hop, on chausse les baskets de trail et on va faire les fous dans la neige. Avec un peu de chance, on aperçoit une ribambelle d'animaux (attention, selon l'altitude à laquelle vous êtes, il faudra veiller à faire la différence entre un bon chasseur et un mauvais chasseur).

3. Quand les jours raccourcissent, je raccourcis aussi mon kilométrage. Et quand ils rallongent, j'augmente! J'ai dit "je raccourcis", pas "je réduis à zéro". Le plaisir de courir moins longtemps, mais de courir quoi qu'il advienne!

4. Bouffe avec le boulot, avec le club, avec les copines d'école, avec la famille... Courir c'est un peu éliminer!

5. Courir de nuit, ça forge le mental. Alors pas d'excuse: voir et être vue, je m'équipe d'une lampe frontale, d'un gilet fluorescent et de bandes phosphorescentes. Les décorations de Noël n'ont qu'à bien se tenir... Même si je me rends visible par les voitures, j'évalue prudemment la situation avant de traverser au passage piéton.

6. Rhoo là là ce soir, c'est vraiment pas la forme. Alors je sors quand même pour voir. Petit footing tranquille, bien emmitouflée... Je rentre une heure plus tard, radieuse... et la douche n'a jamais été aussi agréable!

7. C'est pas encore la folie des nocturnes et de la course aux cadeaux que les gens sont déjà zinzins. Je chausse mes runnings et je m'en vais prendre un grand bol d'air, pour décompresser.

8. Il pleut à verse, c'est l'occasion où jamais de tester l'étanchéité de ma nouvelle veste de trail. En ville pour un footing, c'est quand même moins embêtant, si elle ne tient pas ses promesses, que perdue à 2'500 mètres au-dessus du niveau de la mer, avec 6heures encore dans la montagne avant d'arriver au premier village, trempée et grelottante.

9. Et puis il y a ces jours de novembre où le soleil est si éclatant qu'on a qu'une envie, sortir. Je fais ni une deux et je profite à fond de ces  rayons bienvenus!

10. Au printemps, je cours un marathon. Alors ça ne se discute même pas: en hiver, je continue de courir!

Et vous, quelles sont vos raisons de courir en novembre?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pour en finir avec le dépassement de soi

Courir, oui... et gainer, pédaler..

Une Escargote à Genève: un 7e marathon qui fait mal aux pattes