Ces raccourcis qui valent le détour

Le chemin du raccourci, ça vaut le détour!
A force de sillonner ma région, fort heureusement en pente, à la recherche de dénivelé, je n'en finis pas de tomber sur des coins insolites, charmants, bucoliques,  ou même glauques car on ne peut quand même pas gagner à tous les coups.

Il ne se passe pas dix jours sans que je m'écrire "ça alors, je n'étais jamais passée par là!" Vous l'aurez compris, je ne suis pas forcément une adepte de la routine ni de "toujours la même boucle". J'adore découvrir de nouveaux coins, quitte parfois à me perdre un peu (comprendre: me planter magistralement parce que j'ai oublié la carte). Une de mes spécialités a longtemps été: "ce chemin forestier doit mener à la crête" Manque de bol, le raccourci est en fait un monumental détour. C'est peut-être ce qui explique certains écarts entre l'entraînement programmé et la sortie réalisée: on n'est quand même pas à 10 km près, ou bien?

Au cours de mes périples, lorsque je tombe sur un détail cocasse, comme un nom de chemin particulièrement savoureux, et que je n'ai ni téléphone portable, ni appareil photo, je me promets de revenir le photographier. Vous ne me croirez peut-être pas,mais  il m'arrive de tenir ces promesses d'entraînement! J'ai ainsi commencé une collection de plaques de "rues" croquignoles. Certains sont des découvertes tardives: il peut m'arriver de passer dix fois sur le même chemin avant de m'intéresser à son nom et de découvrir une perle cocasse. D'autres n'ont pas encore été immortalisées. Je garde ainsi en réserve un "Panzer parkieren verboten" (parking de char d'assaut interdit).

Infos touristiques sur pattes


L'ai-je bien descendu
Si, dans certaines régions, l'accoutrement du traileur et particulièrement de la traileuse suscite de la méfiance (un jour, l'Escargote vous en racontera une ou deux bien bonnes à ce sujet), dans mon coin, il est plutôt synonyme de "ça doit être une indigène qui doit pouvoir me renseigner". L'autre jour, j'ai ainsi été, à l'insu de mon plein gré, actrice d'une scène assez marrante. Je sortais d'un chemin forestier qui débouchait sur une route. Sur ladite route, une dame s'extrayait d'une voiture tandis que son chien, bondissant autour d'elle, ne laissait planer aucun doute sur le but de la promenade. "C'est boueux? me demande-t-elle.
- Non, non, ça va encore!, réponds-je. (si la chaussure reste au pied, c'est que ça va)
- Ah bon, vous êtes sûre?" insiste-t-elle en regardant un endroit précis de mon anatomie sur lequel mes yeux se portent illico: mon collant était boueux jusqu'aux hanches... sauf que ça venait d'un chemin plus haut que j'avais dévalé en faisant sploutch sploutch et en mettant partout. J'ai donc pu rassurer la dame sur l'état du chemin qu'elle et Médor visaient pour leur balade.

Il m'arrive aussi de répondre aux gens qui cherchent le "chemin des Pinsons 9C" que désolée, je n'ai pas la moindre idée de où ça se trouve (regard sceptique de la famille dans la grosse voiture, du style "mais si vous devriez savoir"), mais aussi de jouer brillamment les hôtesses de l'office du tourisme. Témoin ce conducteur qui, tout en restant prudemment à distance pour que je ne me méprenne pas sur ses intentions, me demande "où on peut manger dans le coin". Nous sommes en rase campagne de chez rase campagne. Je lui indique un restaurant d'alpage atteignable à la fois à pied et en voiture, assez connu dans la région, dont il me semble qu'il est ouvert. Le gars me remercie et repart. Une bonne heure plus tard, je débarque dans ledit restau pour une pause ravito. Et qui je vois? Mon automobiliste qui m'accueille d'un "ben vous en avez mis du temps!" aussitôt suivi de "et vous avez fait tout ça à pied?"

Oh que oui! Et j'espère les prendre encore longtemps, ces chemins de traverse! J'ai d'ailleurs une petite pensée pour ce Monsieur qui va subir un pontage coronarien. Ne dites pas à son cardiologue qu'il s'est tapé une bonne croûte au fromage. On ne vit qu'une fois!

Commentaires

  1. Excellent :) Moi j'ai de la "peine" à partir à la découverte, car souvent mon temps est assez compté (si j'ai 1 h à disposition, je ne peux pas en faire 3...), du coup je vais aux endroits que je connais, même si je change régulièrement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends tout à fait: c'est pour ça que je compte un peu trop large pour la sortie longue du week-end. Pour avoir le temps de me perdre ;)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Courir c'est apprendre à oser

Une Escargote à Genève: un 7e marathon qui fait mal aux pattes

Pour en finir avec le dépassement de soi