Remettre l'ouvrage sur le métier

Bien sûr, il y a les Supermen et Superwomen qui ne se blessent jamais, ne tombent pas malade, ignorent la fatigue, les journées de travail à rallonge, les contretemps familiaux et ne connaissent que l'ivresse des sommets.

C'est du moins ainsi que ces athlètes se présentent sur les réseaux sociaux. Et puis il y a moi. Et, il faut bien le reconnaître, la plupart de mes amis, amies et connaissances dans le monde du sport. Des êtres de chair et de sang, avec leurs coups de moins bien, leurs maladies, leurs blessures, leurs forces et leurs faiblesses. Notre point commun et notre principale force? C'est qu'on se relève. Et qu'on recommence.

Après trois semaines sans sport et des aléas divers, pas tout à fait rétablie cependant, je me suis remise au sport. Doucement, progressivement. Avec ce sentiment ambigu que je commence à bien connaître: d'un côté, la joie de me sentir à nouveau en mouvement. De l'autre, la conscience d'avoir perdu force, puissance, agilité, vitesse.

Vient maintenant l'étape de la patience et de la discipline pour, peu à peu, remonter la pente. Oui, j'en suis capable. Et vous en êtes capables aussi!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Courir c'est apprendre à oser

Une Escargote à Genève: un 7e marathon qui fait mal aux pattes

Pour en finir avec le dépassement de soi