Données connectées - les transmettre ou pas?

J'avoue, j'ai une montre connectée. J'avoue aussi, je me méfie des tous ces badges, des concours du Strava et... mes données, je les garde autant que possible pour moi. Je dis aussi, mi-sérieuse, mi-badine, que si je me fais enlever, les services secrets américains me retrouveront très vite grâce à ma montre.

En Suisse, certaines assurances (traduire: mutuelles) proposent des réductions de cotisations si on leur livre certaines données qui leur prouvent qu'on fait du sport. Vu le coût de la santé, nombreux sont ceux qui franchissent le pas. Moi, non. Il y a quelques années, j'avais d'ailleurs écrit à mon assurance pour lui donner mes raisons et lui poser des questions sur l'utilisations de ces données. À part un accusé de réception, je n'ai jamais reçu de réponse.

Hormis le fait qu'on ne sait pas où ces données vont se promener, une fois transmises à l'assurance ou partagées sur Strava, je vois deux raisons qui n'ont, à ma connaissance, pas été abordées dans les discussions sur le sujet. La première, c'est que le podomètre, c'est bien joli, mais c'est pas tout. Lorsque je vais à vélo au travail, par exemple, mon podomètre ne me compte aucun pas. Je termine la journée avec 3000 misérables pas au compteur, alors que j'ai passablement bougé, en réalité: entre mon domicile et mon travail, mais aussi entre les différents sites de mon travail... et retour. Simplement, ces kilomètres et ces minutes d'exercice ne comptent pas.

Trop de sport?

Je connais une assurance (une mutuelle, donc) qui rembourse quelques centimes par jour à condition que l'on fasse 10'000 pas par jour en moyenne. D'accord, super! Mais le jour où les  responsables décident qu'il est mauvais pour la santé de faire plus d'un certain nombre de pas, que se passe-t-il? Je n'ai pas vraiment envie qu'une assurance décide à ma place ce qui est bon pour ma santé ou pas. 

Imaginez-vous recevoir un courrier: "Bonjour, vous devez payer des frais supplémentaires car vous faites plus de 20'000 pas par jour en moyenne, vous nagez et vous faites du vélo. Nous considérons donc que vous souffrez d'une addiction au sport." Je paranoïe peut-être, mais je ne transmettrai pas mes données.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pour en finir avec le dépassement de soi

CR Marathon de Milan

Courir c'est apprendre à oser