Sales jeunes

La Suisse vient de perdre sur le fil des prolongations contre l'Argentine, lors des quarts de finale de la Coupe du Monde. La "Nati" a frôlé l'exploit et j'ai une certaine frustration à passer, là, tout de suite. D'autant plus que j'ai fait l'entraînement buissonnier pour regarder le match. Il est 21h00. Dans la rue, je croise des grappes de supporters, enveloppés dans des drapeaux, la mine déçue.

Comme j'ai repris la course après un mois d'interruption due à un bobo, et comme je vise toujours une ou deux courses de montagne, je cherche un terrain de jeu pour exercer la force. Une volée d'escaliers dans un parc sera mon terrain de jeu de la soirée. Après un échauffement, j'entame ma première montée d'escaliers, puis je redescends en trottinant le long du chemin qui serpente jusqu'au bas du parc. Et je repars à l'attaque des escaliers en montée. En mode reprise, je prévois d'y aller mollo et d'en faire une petite dizaine.

Une équipe de "djeuns" (comprendre: des jeunes) boit des bières, à l'abri d'un massif, dans la descente. Visiblement je les intrigue et j'entends un ou deux commentaires du style "c'est fou ce qu'il y a comme joggeurs par ici!" (sous-entendu: "elle fait quoi sur notre territoire, celle-là?"). Lors de ma 6e descente, l'un d'eux me lance:
- Madame, vous allez passer combien de fois?
- ça dépend! A votre avis, j'en ai déjà fait combien?
- 4
- ah ben moi j'en ai compté 6!, je leur lance en riant, avant de poursuivre mon chemin.
- Quoi siiiiiiix?
Dans le groupe, une fille signale que, oui, elle croit bien qu'elle m'a déjà vue passer avant. Je perds le fil de leur conversation, arrivée au bas de la pente.

Dans ma 7e descente, je suis accompagnée par un tonitruant "SEPT", hurlé à l'unisson par mon équipe de jeunes. Pour la 8e, j'ai ensuite droit aux applaudissements et aux bravos... C'est génial d'avoir un club de supporter pendant un entraînement quand même un peu ingrat et assez fatiguant. A la 9e descente, ils sont étrangement calmes.

Je m'attends à quelque chose de spécial pour ma 10e... et j'ai raison: un gars et une fille se sont détachés du groupe et me suivent dans la descente: "Pour celle-là, on vous accompagne!"
- chiche! Mais je vous préviens, je remonte par les escaliers.
Ils s'élancent comme des fusées et calent à mi-parcours:
- Quoi vous allez jusqu'en haut? Mais vous êtes TAREE!!!
Je suis morte de rire. En chemin, un promeneur nous lance: "Et maintenant, 10 comme ça!" Et mon fans club de répondre: "Mais c'est sa 10e, Monsieur!" Et devant son air indifférent: "si, si, on vous jure, on a compté! Elle en a fait DIIIIIX"

A la fin de la descente, on se quitte à coups de grands au revoir et toute l'équipe brandit sa bouteille de bière en signe d'adieux.

Merci à ces jeunes qui m'ont bien fait rire et m'ont motivée pendant cet entraînement. C'est sans doute une de mes sorties les plus originales, et une des séances d'escaliers qui a passé le plus facilement!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pour en finir avec le dépassement de soi

Courir c'est apprendre à oser

Une Escargote à Genève: un 7e marathon qui fait mal aux pattes