Chère voiture bleue (lettre ouverte d'une cycliste)

Chère voiture bleue,

Je t'écris à toi car je n'ai pas vu qui te conduisait. Un homme? Une femme? Peu importe. De mon vélo, je ne t'identifie que comme "voiture". Et une voiture, en soi, ce n'est pas agressif. C'est quatre roues, un moteur et une carrosserie. A l'inverse, un vélo ça n'existe pas en tant que tel. Il y a toujours un connard de cycliste dessus, ou une connasse de cycliste.

Tout à l'heure, toi et moi montions une rue, chacune à notre place sur la chaussée. Comme souvent lorsqu'il s'agit de voiture, tu as dû ralentir à cause de la voiture qui te précédait, tandis que je passais à côté de toi, certes à ta droite, mais relativement lentement dans cette rue en pente. C'est alors que sans faire usage de tes beaux rétroviseurs, tu as soudain serré à droite et as commencé à bifurquer sur un chemin aussi secondaire que transversal, par ailleurs assorti d'un joli panneau rond blanc encerclé de rouge. Nous nous sommes raté d'un millimètre, et tandis que je poursuivais mon ascensions de la route principale, tu as lancé un coup de klaxon aussi sonore que prolongé.

Et paf, le cycliste


Peu avant, alors que je descendais la même artère principale, sur la bande cyclable de l'autre côté, une cousine à toi, blanche et munie de quatre roues motrices, a débouché d'une rue latérale pour traverser la route principale et continuer tranquillement sur une autre rue latérale. Sauf que là, normalement, il y a un panneau rouge octogonal, frappé en son milieu d'une inscription qui commence par S et se termine par P.

Si tu avais pris le temps de le lire, tu aurais compris qu'il ne s'agissait en rien d'une insulte attaquant ta susceptibilité, ni d'un jugement sur ton style de conduite, mais d'un STOP, qui signifie; "arrête-toi, tu n'es pas prioritaire et tu ferais bien de regarder à deux fois avant de redémarrer, des fois qu'il y ait un truc qui descende. Le truc qui descendait, c'était donc moi. Ton acte de bravoure m'a permis de vérifier que j'ai d'excellents freins, même en descente et à 45 à l'heure... Et que c'était une excellente idée de n'avoir qu'un seul pied de clipsé à ce moment-là. Un peu plus bas, un cycliste et un automobiliste mâles, arrêtés, s'arrosaient d'insultes tandis que j'évitais de justesse une portière qui s'ouvrait en double file.

Stressés d'accord, mais soyons attentifs, tous!

Alors oui, le samedi, il y a les courses de la semaine à faire avant d'organiser le goûter d'anniversaire de la grande qui invite ses 24 copines à la maison. Y a la lessive, le ménage et on voudrait aussi pouvoir profiter du beau temps, d'ailleurs j'ai vite un coup de fil à passer. Alors oui, on mène tous des vies de fous, on a été contrarié, on ressasse et on s'énerve sur la route. Mais est-ce une raison pour mettre en danger la vie d'autrui? Enfermé dans la carlingue de ta bagnole, tu oublies qu'il y a d'autres usagers de la route plus vulnérables que toi. OK, y a déjà ces plaies que sont les piétons, on ne va pas encore nous rajouter des cyclistes sur nos routes, ou bien?

Le fait est que la route est à tous, pas au plus puissant. Parce qu'à ce rythme là, je serais tentée de passer mon permis de char d'assaut dans les plus brefs délais.. La route n'est ni un endroit pour réfléchir, ni pour passer ses coups de fil, ni pour insulter cette p*ain de cycliste de m*. La route est un espace où nous sommes nombreux et nombreuses à nous déplacer. Elle demande donc une vigilance de tous les instants.

Voilà, chère voiture bleue, chère voiture blanche, chère portière grise, ce que je voulais t'écrire. J'aime le vélo, mais pas assez pour perdre la vie dans un accident. Ni même chuter, poussé par un bolide, et me casser un poignet, comme c'est récemment arrivé à une de mes connaissances (dont le vélo en carbone est par ailleurs détruit). Soyons donc prudents, attentifs et fair-play. Sur la route comme dans la vie, ça ne pourra pas faire de mal, bordel!

Commentaires

  1. C'est bien pour ça que je n'ai absolument pas envie de faire du vélo ! Mais comme j'adore, je me contente de le regarder à la télé :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Pour en finir avec le dépassement de soi

Courir, oui... et gainer, pédaler..

Une Escargote à Genève: un 7e marathon qui fait mal aux pattes