La reprise, école de patience et de persévérance

Reprendre l'entraînement est une telle leçon d'humilité, d'acceptation et de lâcher prise que ça vous économise la lecture de tas de bouquins de développement personnel.

Où j'en suis? Au bas d'une montagne. De toutes façons, je n'ai pas le choix d'être ailleurs. Ici et maintenant, je suis au bas de la pente. Pas de muscles, pas de souffle, la machine est dans l'état où elle est, va falloir faire avec. Je me mets un objectif intermédiaire : aller jusqu'à mi-pente. Avancer, un pas après l'autre, avec détermination. Avoir confiance que j'y arriverai. A ce stade, progresser est une source de motivation en soi. Même si ça fait du bien d'apercevoir au loin le sommet et d'en rêver aussi... plus tard.



Tomber, se relever, apprendre, avancer. Telle est notre condition humaine. Telle est notre condition de sportif. Repousser sans cesse nos propres limites. En sachant que mes limites de convalescente ne sont pas mes limites de marathonienne en pleine forme: éviter le piège de la comparaison. Mesurer les progrès. Et, peu à peu, retrouver le bonheur de bouger. 

P.S. Le jeune navigateur Alan Roura a bouclé son 1er Vendée Globe avec succès. Moi aussi, je terminerai le mien!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pour en finir avec le dépassement de soi

Courir, oui... et gainer, pédaler..

Une Escargote à Genève: un 7e marathon qui fait mal aux pattes