Eloge de la marche

"Ouais mais bon, marcher c'est pas la même chose", entends-je parfois de la part de coureuses et de coureurs blessés à qui il est déconseillé de courir, et conseillé de marcher.

Certes, ce n'est pas la même chose, mais c'est drôlement chouette aussi! Ces trois derniers mois, j'ai intégré beaucoup de marche (même pas des randos, plutôt des balades, dans mon entraînement). Et les quelques mois qui ont précédé, j'ai marché autant que les circonstances me le permettaient, y compris en me lançant le défi d'atteindre les 10'000 pas sans sortir de chez moi (c'est encore plus chiant que l'aquajogging dans une piscine couverte!). Je pense que c'est cette base de marche qui m'a permis de revenir très vite à la course.

Et quand on dit "marcher", il ne s'agit pas seulement de se balader, le nez au vent (même si je vote pour, ce sera peut-être l'objet d'un autre billet). Voici trois idées reçues sur la marche que j'entends assez souvent de la part de sportifs et de sportives:

1) Marcher, ça va trop lentement
Avec un peu d'entraînement et de technique, j'en connais qui marchent à l'allure à laquelle je cours en mode footing. En trail, lorsque je dépasse en marchant quelqu'un qui est en train de courir, je peux presque sentir l'onde de découragement derrière moi...

2) Marcher c'est monotone
Alors varie! Pas seulement ton itinéraire, mais aussi les allures: monter 12 fois une côte en marchant le plus vite possible, récupérer en descendant, ça tonifie les muscles et le cardio. Variante: les escaliers. Et ce n'est qu'un exercice parmi d'autres!

3) Je n'aime pas marcher en ville et je n'ai pas le temps d'aller à la montagne.
Et faire des tours dans le parc? Trrrèès lentement, puis de plus en plus vite jusqu'à n'en plus pouvoir? En faisant de tout petits pas? De grandes enjambées? En levant les genoux? À ceux qui objectent qu'il ne faut pas craindre le ridicule: en faisant des exercices d'école de course, non plus.

Marcher, cela renforce l'endurance, c'est bon pour le moral et à plusieurs, c'est l'occasion de tchatcher à bâtons rompus... que l'on marche avec des bâtons ou pas 😉.

Et comme de plus en plus de courses intègrent désormais une catégorie "walking" ou "nordic walking" (c'est plus fun que "marche sportive), ça permet de participer à la course et de gagner le t-shirt de finisher même si on n'est pas en pleine forme.

Je vous souhaite de belles balades!

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Pour en finir avec le dépassement de soi

Courir c'est apprendre à oser

Une Escargote à Genève: un 7e marathon qui fait mal aux pattes