Bilan de l'hiver 2017-2018

En ce début de printemps, j'ai envie de faire un petit bilan de mon hiver 2017-2018. Chaque année à la même époque, j'ai envie de me taper sur l'épaule: "bravo, encore un hiver de passé!" Ce réflexe doit remonter à mon enfance, lorsque j'enchaînais les maladies pulmonaires et passais de longues semaines alitées. Parce qu'objectivement, cet hiver, je l'ai plutôt bien vécu, à part une grippe carabinée.

L'ennui, quand tu attrapes la grippe en début d'épidémie, c'est que personne ne te plaint. C'est tout juste si on ne te soupçonne pas de jouer la comédie. Donc bravement, tu prends sur toi, tu essaies, chancelante, d'assister quand même à un des nombreux repas de famille à Noël. Tu serres les dents. Mais surtout, tu endures, durant les trois mois suivants, les jérémiades des centaines de personnes pour qui cette grippe, c'est la fin du monde.

Grippe à part, c'était bien. Certes, il a fait froid (en même temps, c'est la saison). Certes, il a fait gris. Certes, les jours ont raccourci. Mais j'ai la chance d'avoir un logement, l'électricité, le chauffage et des vêtements adaptés. Et j'ai pu passer une bonne partie de mon hiver en mouvement. Y a pas à dire, ça aide! J'ai enfin pu allonger les distances en course à pied. J'ai repris le ski alpin sans me blesser. J'ai fait du ski de fond (dans des conditions certes peu idéales, mais qu'est ce que ça faisait du bien d'être dehors dans la neige). Je n'ai pas été assez assidue à la salle de sport mais personne n'est parfait. Et j'ai déserté les piscines couvertes où j'ai décidément du mal à aller améliorer ma nage... C'est pas demain la veille que je vais gagner des places à la natation...

Bref, j'ai couru, skié, fait un tout de vélo mais quasi pas (depuis que j'ai des pneus adaptés, ce serait trop bête de les utiliser), randonné et fait quelques bonnes bouffes. J'ai aussi grelotté sur des quais de gare, roulé à 20 km/h dans la neige et le blizzard, fait une ou deux batailles de boule de neige... Et j'ai un regret. Celui de ne pas avoir pris congé une matinée pour dévaler les pentes de ma ville en ski le fameux jour où elles étaient couvertes de neige. Mais c'était bien, cet hiver qui s'achève. Une bonne cuvée.

Pour les alpinistes, l'hiver est loin d'être fini. C'est au contraire la saison de ski-alpinisme qui commence. Quant à moi, je reste plus proche de la plaine que des cimes et je regarde en direction du printemps. Oh il y aura bien quelques incursions encore dans la neige, surtout par beau temps! Mais il est temps de reprendre un peu plus régulièrement le vélo et de regarder reverdir mes terrains d'entraînement.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Courir c'est apprendre à oser

Une Escargote à Genève: un 7e marathon qui fait mal aux pattes

Pour en finir avec le dépassement de soi