Courir c'est apprendre à oser

"Je n'y arriverai jamais", "Le marathon, ce n'est pas pour moi", "N'aie pas les yeux plus gros que le ventre!" Ces messages vous parlent-ils? Pour ma part, c'étaient mes mantras. Peu importe d'où ils me venaient, j'étais façonnée par toutes ces injonctions à être raisonnable. Et je percevais mes limites commes bien plus étroites qu'elles ne le sont.

Pas à pas, la course à pied m'a fait revoir mes croyances. Par exemple, j'ai couru 7 marathons et aucun ne m'a paru déraisonnable. En revanche, je passe pour une demi-folle aux yeux de gens qui se considèrent comme raisonnables, eux. Comme quoi, les limites "raisonnables" sont passablement subjectives.

J'ai appris à repousser mes limites... mentales. Comme les limites physiques, elles sont mouvantes. J'ai appris à oser, à essayer. La plupart du temps, la satisfaction est au bout. Parfois, je n'y suis pas arrivée du 1er coup. Alors j'ai recommencé en modifiant tel ou tel paramètre.

Cet état d'esprit m'a servi et me sert beaucoup, en particulier dans la sphère professionnelle. Je me souviens de bonnes âmes m'avertissant que je n'allais JAMAIS y arriver. Et j'y suis arrivée. J'expérimente, parfois je me plante, parfois c'était une bonne idée... et j'en retire toujours quelque chose. J'essaie aussi de transmettre ça à mon équipe. Oser, c'est le sel de la vie.

Et vous, qu'avez-vous osé aujourd'hui?

Commentaires

  1. J'ai osé sortir ce matin...
    Je vais retenter le semi en octobre.
    Belle semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo pour ce beau défi automnal, éclos au printemps!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Une Escargote à Genève: un 7e marathon qui fait mal aux pattes

Pour en finir avec le dépassement de soi