A bout de souffle: CR de mon Kerzerslauf 2015

Pile deux mois avant la Course de Chiètres, ou Kerzerslauf, je me suis enfin, cette fois pour de bon, remise à courir. Cette vraie reprise avait été précédée en décembre d'un début de reprise, me permettant d'alterner marche et course, avant d'être stoppée nette par des ennuis de santé .

Fin janvier, je n'en mène pas large: absence de souffle (impossible de monter un étage à pied), batterie d'examens médicaux, moral dans les chaussettes... Je me remets à courir parce qu'en théorie je sais que ça me fait du bien, mais ce recommencement est éprouvant. Le 22 janvier, mon carnet d'entraînement indique un échauffement marche de 25', suivi de 4x5' course à... 6,5 km/h, entrecoupés d'une minute marche. 

Et puis les copines m'ont secouées lorsque j'ai parlé de venir les encourager au Kerzerslauf, le 21 mars: "c'est dans deux mois, tu seras sur pied et en forme!". Vous n'allez pas me croire, mais deux mois plus tard, j'étais sur pied et en forme. Merci les filles!!!

Deux mois plus tard, je vais bien, à part un manque de sommeil certain. La veille de la course, je ne me sens pas au top. A la fois je me réjouis de courir 15 km et à la fois j'appréhende: vu la pleine forme que je tenais l'an dernier à pareille époque, ne vais-je pas être déçue? Samedi je me réveille avec l'envie de courir un marathon et de croquer le monde, après avoir dormi 8 heures. Je me réjouis comme une folle, peu importe la pluie. 

Bodycheck au ravito

Train, vestiaires bondés, mini échauffement par manque de temps - et ce fut sûrement une grosse erreur - je rejoins mon sas et c'est parti sous la pluie. Ça monte joliment, je suis contente d'être là. Sauf que. Je ressens assez vite une gêne à la respiration. Une difficulté à inspirer. Je cherche mon souffle. Je ralentis. Au 3e km, je profite du ravitaillement pour boire un peu d'eau. 

Je trottine sagement en tenant ma droite, lorsque déboule un coureur avec une veste jaune fluo et un camelback, le crâne tatoué. Ce connard fini me fait un body check en me dépassant... tout ça pour obliquer 2 m plus loin dans la forêt pour aller pisser! Mais quel comportement antisportif! Je suis hallucinée qu'un mec puisse avoir un geste violent face à une femme sur une course populaire!!! En attendant, j'ai hyper mal à l'épaule, je suis furieuse et en plus je ne respire toujours pas mieux. Je peste de n'avoir pas vu son numéro de dossard, histoire de le dénoncer à l'organisation.

 Une montée les doigts dans le nez

Suit un long calvaire. Je me rappelle le plaisir que j'ai eu sur ces chemins vallonnés, en forêt et le long de l'Aar. Cette fois, plus il pleut et plus j'ai du mal à inspirer. Je marche 2 mètres et je repars: en même temps j'arrive à gérer, je me dis. Je lutte. Je passe la mi-course en 1h03'08'' et je me dis que je peux espérer terminer en 1h26'. Les 1h24 de 2014 ne seront pas atteints. Ma victoire à moi, cette année sur cette course, c'est l'abrupte montée entre le 9e et le 10e kil. Vu mon état, je n'essaie même pas de courir mais je marche efficacement (vive la montagne!), doublant beaucoup de gens... Et sur le replat, je repars comme une fleur!

Sur les derniers kils, je descends avec aisance mais un peu de retenue, ne mettant pas toute la gomme pour garder une respiration la moins sifflante possible: compromis entre mes jambes qui ne demandent qu'à mettre le programme "en roue libre", et mes poumons qui ont du mal à trouver de l'air. Je franchis les derniers 100 mètres en apnée, ouf, la ligne d'arrivée est passée en 1h26'29''. Ah, la carotte remise à l'arrivée n'a jamais eu un goût aussi délicieux! 

 Fière de ma reprise

Au-delà de ces 2' de plus que l'an dernier et de ces soucis respiratoires, je suis fière de ma course. L'an dernier j'étais en superforme et j'avais couru les 9 premiers km en toute aisance, mais après ça s'était gâté et j'avais eu beaucoup de mal à relancer après la côte entre le 9e et le 10e kil. Cette année j'ai, rétrospectivement, parfaitement géré ma course et, en comparant l'allure au km, j'ai même été plus rapide sur les km 9 à 15! Mon autre fierté est que visiblement mon plan de reprise a payé. Or donc, ça marche, je reprends de la vitesse!

Commentaires

  1. Je suis en train de lire ton blog depuis le début, j'adore !!! Kerzers, j'y étais aussi cette année, j'ai fini en 1h32... (contre 1h26 en 2003 et 1h23 en 2004)... Nathalie, alias chau7 sur le forum MOP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mercie Nathalie chau7! (J'adore ton pseudo) Bravo pour tes temps et au plaisir de te rencontrer sur une course!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

CR Marathon de Milan

Courir c'est apprendre à oser

Pour en finir avec le dépassement de soi