Pieds nus

J'aime courir pieds nus, c'est un de mes vices cachés. Sauf qu'en hiver, c'est tout sauf évident, ce genre de petit plaisir. Brrr l'herbe mouillée et glacée, glagla la piste qui paraissait sèche et ensoleillée. Où l'on découvre qu'être et paraître sont deux états distincts.

L'automne dernier, après une entorse, mon physio (kiné pour les voisins et voisines d'outre-Jura), m'a precrit de petits entraînements à pieds nus pour "réveiller" mes terminaisons nerveuses toutes raplapla. J'ai profité d'un mois de septembre clément pour m'éclater dans l'herbe à coups de bonds, de rebonds et d'accélérations. C'était tellement ludique, tellement bon pour la mobilité du pied et exigeant pour la musculature que j'ai noté pour plus tard: "exercices à pratiquer régulièrement."

Puis l'hiver est venu. Et j'ai rangé mes pieds sous des couches et des couches de chaussettes, protégés par d'épaisses semelles. A aucun moment, je ne me suis hasardée pieds nus.

Or, à la fin de l'hiver, vient s'intercaler une curieuse saison, qu'on appelle "les soldes". Et j'ai trouvé ça: 





Etant entendu que, cette mode des chaussures minimalistes, ça m'a toujours dépassée. Jamais sans mes  New Balance 1260W! (Une page de pub gratuite, en passant, pour des godasse ultraconfortables fabriquées en Europe). Jamais sans... mais pourquoi pas essayer quand même ces étranges gants pour pieds?

Manif d'orteils

La première chose à faire, confrontée à ce genre de godillots à DOIGTS, c'est précisément de réussir à enfiler les doigts. Après des dizaines d'année de compression dans de multiples grolles pas forcément confortables, les orteils ont pris l'habitude de se faire discrets, compacts, ramassés en tas. Là, il faut leur redonner confiance en leur expliquant que, ce que l'on attend d'eux, c'est de prendre leurs aises et de se désolidariser un peu. "Solidarité!", avais-je l'impression de les entendre clamer. Une manif d'orteils, en quelque sorte.

Après avoir passé bien 10 minutes par pied à les cajoler, les malaxer, leur parler doucement... ils ont fini par accepter d'aller voir dans ces curieux gants s'ils y étaient. Et là... ça a été un petit miracle. J'ai ajouté en rigolant le bout de mes orteils... Et ça y était, ils étaient comme chez eux. Cette impression d'aller nus pieds, tout en ayant le pied protégé... Comment ai-je pu attendre si longtemps avant de découvrir cette merveille?!

Aussitôt essayés, aussitôt adoptés. Pas question de me passer de la nouvelle maison de mes orteils. Les premières minutes dehors ont aussi ressemblé à la découverte du Nirvana: non, je n'ai pas eu froid aux petons. Oui, je me suis sentie un brin ridicule... mais tellement confortable! Cette sensation d'avancer nus pieds, mais sans la crainte de la brique de verre ou de la merde de chien... C'est tout juste si je n'ai pas senti la terre meuble entre les orteils. Bluffant!

Comme je suis un être raisonnable, j'ai estimé que 10 minutes d'exercices dans l'herbe, ça suffisait pour une première fois. Sur le bitume, j'ai marché tranquillement, et remarquée que mon pied adoptait une foulée différente, plus efficace, sur les escaliers, me propulsant de marche en marche. Vous savez quoi? Demain, j'y retourne!


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pour en finir avec le dépassement de soi

Apprendre (aussi) de mes blessures

Une Escargote à Genève: un 7e marathon qui fait mal aux pattes