Non, je ne suis pas sur Strava

"Quoi t'es pas sur Strava?" Ben non. Pourtant je suis du genre hyperconnecté, même un peu trop. Je vais vous faire un aveu. C'est difficile, certes, mais j'ai fini par assumer: dans une course, je me contrefous du temps que font les autres.

Qu'on ne s'y méprenne pas: je partage la joie de la personne qui se réjouit d'avoir battu son record personnel, qui s'améliore ou qui atteint son objectif. Mais je souffre d'un mal étrange: je ne vois pas l'intérêt de me comparer à autrui en terme de résultat. Oui, il y a des gens qui sont pour moi des sources d'inspiration. Je ne vais pas pour autant me comparer à eux, ce sont plutôt des moteurs qui m'aident à avancer.

Tout donner


Ce que je regarde dans une course, c'est si j'ai fait au mieux dans les conditions et avec les paramètres que j'avais. Quand j'aurais pu faire mieux, je ne suis pas contente de moi et je râle, même si par ailleurs c'était "pas si mal que ça." Quand j'ai fait au mieux, quand je sais que j'ai tout donné et que j'étais au maximum de mes possibilités, même si le résultat est une vraie contre-performance, alors je suis déborde de fierté. Témoin, la fois où j'ai fait Sierre-Zinal avec une gastro, sans rien avaler de solide ni réussir à boire, sauf quelques gorgées de thé en 2e partie de parcours.

Terminer dernière? Oui, cela m'est arrivé. J'ai constaté à mon grand étonnement que ce n'était pas mortel, et qu'on était toujours mieux classé que ceux qui avaient abandonné ou avaient renoncé à s'inscrire. Bon, d'accord, quand j'atteins mon objectif, que j'ai parfaitement géré et tout donné, je suis tellement sur mon petit nuage que je passe devant les hublots de la Station spatiale internationale.

Faut rigoler!


Pourquoi je vous raconte tout ça? Parce que j'ai beau accrocher des dossards, je ne suis en compétition qu'avec moi-même. Donc Strava... je n'en vois pas l'utilité. Si ce n'est que je rigole bien quand j'en vois qui consultent frénétiquement leur smartphone en haut d'une pente. A chacun ses motivations!

Commentaires

  1. Je suis sur Strava, mais je ne l'utilise jamais pendant que je cours... Par contre, je trouve justement que c'est un bon outil pour savoir si on progresse ou pas, et pas seulement en se comparant aux autres, mais en comparant ses propres résultats :)

    RépondreSupprimer
  2. :-) c'est vrai. Pour cela j'ai ma montre. Je ne donnerai pas de noms, mais j'en connais qui regardent les écarts sur Garmin et Strava et cherchent des explications aux écarts...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Courir c'est apprendre à oser

Une Escargote à Genève: un 7e marathon qui fait mal aux pattes

Pour en finir avec le dépassement de soi