Mon rouleau de massage et moi

Toute sportive régulière (ça vaut également pour les sportifs) devrait se faire masser tout aussi régulièrement qu'elle pratique son sport favori. Sauf que. Vous et moi, on a toujours autre chose à faire, n'est-ce pas, dans les trépidations de notre vie quotidienne. C'est déjà un exploit de réussir à "voler" quelques heures pour courir/nager/pédaler/aller en montagne, alors se faire masser ben... Sans compter que c'est aussi un budget.

Le massage, moi, j'y pense quand c'est trop tard, quand le muscle est rigide et la douleur bien installée. Et chaque fois, je prends la bonne résolution de ne plus jamais me laisser prendre. Jusqu'à la prochaine fois.

Il y a quelques temps, je suis tombée sur un "foam roller" ou rouleau de massage. Le prix était modique et je me suis dit: "Pourquoi pas?" Eh bien... c'est le meilleur investissement que j'aie fait (à part peut-être mon vélo et mon rice cooker, mais c'est une autre histoire).

Durs, durs, les débuts

Bon c'est quoi le mode d'emploi de ce truc? Par une moche fin de soirée où il ventait et pleuvait des cordes, j'ai déroulé mon tapis de sol dans mon salon, tapé "rouleau de massage" sur google et j'ai fini par tomber sur une vidéo assez bien faite du site Doctissimo. Depuis, j'ai appris d'autres astuces pour travailler le gainage ou dompter un psoas pas content, mais cette vidéo est une bonne base pour les néophytes. 
Photo de Runner's World: voir référence de leur article ci-dessous

Je m'y suis donc courageusement mise et... OUH LÀ LÀ LE MAL DE CHIEN! Or donc, le rouleau de massage, ça fait mal, très mal même, surtout au début. Mais si tu persévères, oh là là ce que ça fait du bien... après. À ma grande surprise, je me suis retrouvée si bien, si détendue, que j'ai eu envie de recommencer!
 

 Aucune crispation ne lui résiste


Oui, sur le moment, la séance est douloureuse, mais j'en suis récompensée au centuple après. Moi qui ai toujours eu les muscles raides comme des morceaux de bois, voilà que je les sens s'animer d'une vie et d'une souplesse que je ne leur connaissais pas. Le rouleau de massage, cela relaxe et à la fois cela tonifie. Bref, après la séance, c'est la béatitude. En plus, l'air de rien, ça fait travailler le gainage. Que demande le peuple?


Une fois par semaine, j'ai pris l'habitude de faire la totale, la séance qui dure entre 20' et 30' et dont je ressors en nage. Et, entre deux, je travaille rapidement les points sensibles, 2 minutes par ci, 5 minutes par là. Mon rouleau de massage m'a permis de dénouer des crispations musculaires spectaculaires (j'avoue que je me suis aussi fait quelques bleus pas très esthétiques à la piscine...). En plus, il s'emporte dans n'importe quel bagage et dans n'importe quelle chambre d'hôtel (bon, je n'irai pas jusqu'à le prendre dans un refuge de montagne... quoique!).

Bref, le "foam roller" est définitivement adopté. Je me demande même comment j'ai pu vivre si longtemps sans lui. Et... psssst, entre nous: à mon avis, le rouleau de massage est un atout santé pour n'importe qui, pas seulement les sportives et les sportifs.

Un conseil: pour commencer, ne faites pas comme moi: choisissez un modèle plutôt lisse.

Et, en anglais, lisez cet excellent article de Runner's World: "How To Use A Foam Roller"




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

CR Marathon de Milan

Pour en finir avec le dépassement de soi

Vocation:meneuse d'allure?