Courir en hiver, c'est super

Longtemps, j'ai fait partie de ces cohortes de coureurs qu'on voit fleurir à la fin du mois de mars comme une génération spontanée. Passées les courses du marathon de Lausanne, à la fin du mois d'octobre, mes runnings entraient en hibernation (et moi aussi).

M'inscrire dans un club m'a permis de sortir peu à peu de cette léthargie hivernale. J'ai aussi investi dans les vêtements techniques nécessaires à la pratique de mon sport favori. Préparer mon premier marathon de printemps, il y a quelques années, a définitivement achevé de me faire aimer la course en hiver. Et, cadeau bonus, j'ai découvert que mon équipement hivernal de course était parfait pour le ski de fond que je pratique aussi.

Voici dix raisons de chausser ses runnings lorsque les jours raccourcissent et le thermomètre chute:

1) Bouger, ça réchauffe et ça fait circuler le sang. Je ne vais quand même pas passer quatre mois assise/debout/couchée sous prétexte qu'il fait froid dehors?

2) Courir au petit matin avec un vent frais qui vous fouette le visage, ça réveille mieux que tous les cafés du monde. Lamoe frontale obligatoire.

3) Ah le plaisir d'une bonne douche chaude, et méritée, après l'effort! S'il me fallait une seule motivation, je crois bien que ce serait celle de la douche après avoir bougé.

4) En chaque coureuse ou coureur, sommeille un super-héros qui ne demande qu'à se réveiller: celui qui est capable, après une journée de travail, de sortir dans la nuit glaciale, braver le froid et l'obscurité pour faire son entraînement.

5) Courir me permet de rester tonique et pas toute raplapla quand, de la journée, je n'ai pas aperçu la lumière du jour.

6) Courir me scotche aussi un sourire aux lèvres quand la couche de stratus plombe le moral de chacun et chacune.

7) Le chocolat est mon grand ami des jours sombres et pluvieux. Courir me permet de limiter les dégâts.

8) J'aime cette sensation de liberté qui consiste à courir, vêtue relativement légèrement, quand de rares passants tout engoncés dans leurs lourds habits se hâtent de rentrer.

9) Je me programme un objectif de printemps qui me motive à sortir de chez moi au cas où j'aurais du mal à résister à l'appel du canapé. Pour moi, ce sera un semi-marathon et j'en profite pour soigner ma préparation générale.

10) Quand il a neigé, j'aime par-dessus tout le doux craquement de mes foulées dans la neige (et tant pis si mes chaussures mettent 5 jours pour sécher)

Et vous, quelles sont vos raisons de courir en hiver?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Courir c'est apprendre à oser

Une Escargote à Genève: un 7e marathon qui fait mal aux pattes

Pour en finir avec le dépassement de soi