Courir, un espace de liberté

C'est vrai, on va vers l'hiver. Les jours ont raccourci, je ne peux plus me passer de la lampe frontale et bientôt des gants. Mais est-ce là le plus important? Va-t-on reprocher aux saisons de suivre leur cycle? Certes, moi aussi, je préfère courir de jour, par une belle lumière. Moi non plus, je n'aime pas les trottoirs verglacés et le vent qui traverse toutes mes couches d'habits, les lunettes opaques de buée et les tas d'habits techniques qui encombrent la machine à laver.

Mais il en faut plus pour me faire renoncer à mes trois sorties hebdomadaires (parfois quatre) de course à pied. Parce que courir, c'est mon moment à moi, mon espace de liberté. Sans téléphone, sans musique, avec l'entraînement que j'ai décidé de suivre.

La course à pied, c'est ce truc simplissime que tu peux faire à n'importe quelle heure du jour et de la nuit, en sortant de chez de toi, pour la durée qui te convient.

J'espérais pouvoir recommencer a m'entraîner une fois par semaine avec mon club. Diverses obligations m'en ont empêchée et au début j'enrageais. Mais finalement, ce n'est pas si grave: l'essentiel est de pouvoir courir!

Bonne course!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pour en finir avec le dépassement de soi

Apprendre (aussi) de mes blessures

Une Escargote à Genève: un 7e marathon qui fait mal aux pattes