Et à part ça, qu'est-ce que vous faites dans la vie?

S'entraîner pour un marathon, c'est prenant. Gourmand en énergie physique et mentale. Mine de rien, ça fatigue, ça crève... et ça vous envahit la vie. C'est à la fois magnifique, de mener à bien un tel projet, mais ça demande d'y consacrer toutes ses forces, ou du moins une grande discipline.

Comment, vous avez un boulot, une famille, des loisirs? Vous n'y pensez pas! L'entraînement du marathon va se faire de plus en plus exigeant, de plus en plus despotique. A moins de le dompter et de le remettre à sa place: "Dis donc, marathon: je cours pour mon plaisir, ma vie ne dépend pas de toi, alors laisse-moi savourer mon entraînement sans jouer les envahisseurs. (Non mais!)"

Ceux qui enchaînent les marathon ont sans doute appris aussi à enchaîner le génie de la lampe... à moins qu'ils ne soient complètement ensorcelés, possédés par l'esprit du Marathon?

Quant à moi, oui, je trouve que c'est une expérience passionnante et magnifique. S'entraîner pour un marathon, cela permet d'en apprendre énormément sur soi-même, et sans doute de repousser quelques limites physiques et mentales. Mais, peut-être parce que ces moments sont si riches, je serais bien incapable de les enchaîner. Les mois à faire autre chose et penser à autre chose me sont précieux.

Et puis... mes proches me remercieront d'avoir d'autres sujets de conversation! 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Courir c'est apprendre à oser

Une Escargote à Genève: un 7e marathon qui fait mal aux pattes

Pour en finir avec le dépassement de soi